LA MICRONUTRITION ANTI-ÂGE

La médecine anti-âge a davantage un but de prévention du vieillissement accéléré qu’un but d’arrêt du vieillissement naturel. Elle optimise le fonctionnement de notre corps et de notre esprit. L’objectif étant de maintenir notre santé le plus longtemps possible. La médecine de la  longévité puise dans les données scientifiques récentes les moyens de vivre longtemps en bonne santé, notre bien le plus précieux.

La réaction inflammatoire est un processus physiologique de défense et de réparation de notre organisme lors d’une agression.

Elle lutte contre :

  • Les agressions exogènes (extérieures) : microbiennes, les agents extérieurs physiques et chimiques
  • Les agressions endogènes (intérieures) : immunologiques par exemple.

Parfois dans le cas de nombreuses maladies, la réaction inflammatoire peut devenir inadaptée ou incontrôlée et être à l’origine de symptômes et de maladies chroniques :

  • Allergies (asthme, eczéma, rhinites…).
  • Maladies auto-immunes (maladie de Crohn, thyroïdites, sclérose en plaque…).
  • Maladies dégénératives neurologiques (Alzheimer, Parkinson…), cancéreuses, cardiovasculaires, ophtalmologiques (cataracte, DMLA…).
  • Diabètes.
  • Obésité, syndrôme métabolique.

La médecine anti-âge a pour objectif de :

  • Modifier nos comportements (sédentarisation, stress psychogènes…).
  • Lutter contre les aggressions extérieures environnementales (pollution air et eau de mer par agents infectieux, alimentation trop industrialisée, pollution éléctronique (ordinateur,  téléphone portable), stress,  tabac, ultra violets.
  • Palier aux carences et aux excès nutritionnels, par mise en place d’une complémentation-micronutritionnelle adaptée afin de rétablir les déséquilibres,  de restaurer  une harmonie avec notre environnement et d’optimiser notre système de défense.

NUTRITION PRÉVENTIVE

La malnutrition est responsable de nombreuses maladies de civilisations : cancer, maladies cardio-vasculaires, maladies de système, obésité.

L’éducation alimentaire permet d’agir  à 70% en prévention par une hygiéne alimentaire adaptée.

« Que ton Aliment soit ton premier médicament… ». Hippocrate

NUTRITION COMPORTEMENTALE

La Nutrition comportementale peut être proposée dans le cas où l’on souhaite trouver les causes profondes de l’addiction alimentaire et trouver une solution pour sortir de celle ci.

La prise en charge psycho-comportementale est associée à des conseils hygiéno-diététiques avec des protéines naturelles (poissons et viandes blanches) ou avec des protéines médicales (plats, desserts, ou entremets).

L’intérêt d’apporter des protéines dans l’alimentation favorisera, avec une activité physique régulière, le maintien de la masse musculaire lors d’un amaigrissement.

Le jeûne hyperprotéiné doit être effectué sous stricte surveillance médicale.

Il est très hypocalorique et nécessite un bilan médical initial lorsque l’on souffre de surcharge pondérale importante.

Le jeûne hyperprotéiné a son interêt dans une phase dite « starter » de courte durée. La faim diminue car la production de corps cétoniques à partir des acides gras (tissu adipeux) entraine un effet coupe-faim. Il n’existe pas de sensation de fatigue et la perte de poids est motivante.

Les fondamentaux restent ensuite la rééducation nutritionnelle avec la gestion des écarts, l’activité physique régulière. Le suivi médical pendant la phase de stabilisation, permet d’éviter l’effet « yo-yo », et de conserver au-delà de 4 ans le même poids.

NUTRITION ANCESTRALE PALÉO

Il y a 200.000 ans, les premiers hommes consommaient une alimentation dite de type « ancestrale ». Si l’alimentation moderne a évolué, notre système digestif est toujours le mēme qu’à l’origine. Ainsi certaines recommandations d’hygiène alimentaire sont un préalable à une alimentation équilibrée.

Sur rendez-vous vous pourrez apprendre à développer l’alimentation « paléo » dans vos assiettes.

Mésotherapie anti-douleur

HIFU – Traitement du relâchement cutané